Juin 18, 2018

Portrait de photographe – Youssef Shoufan

Youssef est un photographe syrien qui a grandi à Montréal. Touche à tout, c’est un créateur de liens et de connectivités dont la photographie est un des outils en parallèle à l’écriture et à la vidéo.

Il est aussi le fondateur de Syrian eyes of the world, un projet à qui rassemble des portraits de syriens réalisés par des photographes syriens vivant à travers le monde, et qui nous donne à voir un aperçu de qui sont en train de devenir ces gens déracinés.

Pour en savoir plus : www.youssefshoufan.com

Crédit photo : Thibault Carron

Photo :  Thibault Carron
Sujet : Youssef Shoufan, photographe

Argentique, numérique, Instagram : ça vous inspire quoi?
Argentique: J’ai un appareil argentique que j’utilise très peu souvent, mais que j’adore parce qu’il m’oblige à prendre mon temps avant de capturer une bonne photo.

Numérique: L’accessibilité et le potentiel du numérique font en sorte que la photographie soit encore plus incroyable comme technologie, personnellement c’est avec le numérique que je travaille et réalise mes projets.

Instagram: J’ai une relation amour haine avec cette plateforme qui a des avantages, mais aussi plusieurs défauts. C’est aussi dommage lorsque trop d’accessibilité diminue parfois la qualité du contenu.

Un accessoire photo indispensable ?
La curiosité et l’émerveillement.

Votre meilleur conseil technique?
L’expérience.

Avez-vous des rituels ou des astuces photographiques personnelles?
Je préfère que ce soit moi plutôt qu’un ordinateur qui prenne les décisions, alors c’est presque toujours le mode manuel de mon côté !

Provoquer ou saisir le moment?
Pour les photos de rue, je saisis les moments, mais pour les portraits, je saisis les moments que je provoque.

Une photo inattendue?
Un enfant courant dans une flaque d’eau, avec cet instant parfait où toute l’eau est repoussée sous sa sandale. C’était lors d’un séjour au Burkina Faso en 2009, un voyage qui aura pour moi été l’élément déclencheur de mon intérêt envers la photographie.

Votre lumière favorite pour la photographie?
Celle du soleil.

Êtes-vous studio ou extérieur, musique ou silence?
Extérieur ! Silence en voyage, musique en postproduction.

Vous aimez ou aimeriez mélanger la photographie avec quel autre art?
L’écriture.

Retouches Photoshop : pour ou contre?
Contre, à moins que ce soit dans un but clairement identifié comme esthétique. C’est l’influence de mes études en journalisme qui parle !

Trois mots qui évoquent Montréal?
àŽle. Mélanges. Possibilités.

Votre saison favorite à Montréal?
Attendre l’été.

La ville, vous la préférez de jour ou de nuit?
Entre les deux !

Quel coin de Montréal aimeriez-vous (re)découvrir?
L’arrondissement de Saint-Laurent dans lequel j’ai grandi.

Un secret montréalais que vous aimeriez partager?
Prendre un verre en été sur le bord de l’eau au coucher de soleil.

Balade à pied, à vélo ou en auto?
À pied pour réfléchir. À vélo pour une balance entre flexibilité, rapidité et respect de l’environnement. À En auto pour les plus longues distances et l’hiver (même si j’ai traversé fait un hiver montréalais à vélo!)

Une lecture pour le transport en commun?
Un livre qui entre dans ma poche.

Un personnage Montréalais que vous aimeriez photographier?
Dany Laferrière, Win Butler et Régine Chassagne d’Arcade Fire, Jean Leloup, Céline Dion.

Montréal, une ville où il fait bon vivre?
Oui ! Ce n’est pas pour rien que les Autochtones et toutes les vagues d’immigration qui ont suivi ont décidé d’y poser pied !

Une image/un souvenir de Montréal qui vous reste en tête?
Lors d’une soirée-bénéfice de la fondation KANPE pour laquelle j’étais photographe bénévole, le groupe Arcade Fire y présentait un spectacle intime.

Je me suis senti extrêmement privilégié d’avoir accès à cet intime moment, mais j’ai décidé de ne pas prendre de photos par respect pour ce moment. Il n’y a donc pas de photos qui existent de cette minute qui reste bien gravée dans ma mémoire. Je crois qu’un bon photographe sait quand sortir sa caméra, mais aussi quand la ranger.

Le photographe, artiste ou artisan?
Artiste.

Que pensez-vous de la proposition : l’art est un acte social?
L’art serait-il de l’art s’il n’était pas un acte social ?

L’acte photographique, toujours pertinent de nos jours?
Définitivement. Il prend certainement un nouveau sens considérant l’abondance de photos due aux avancées technologiques, autant pour la captation que la diffusion de celles-ci, mais sa pertinence est toujours grande. ça me fait penser à l’ouvrage On Photography de Susan Sontag, un livre publié dans les années 70 qui est d’une grande justesse à propos de la photographie et qui est encore complètement à propos aujourd’hui, 40 ans plus tard.

Un photographe qui vous inspire?
Oliviero Toscani, JR, Brandon Stanton, Sophie Calle.

Une expo photo inoubliable?
Celles qui me font verser des larmes.

Un travail de photographe qui traverse le temps?
Sebastiano Salgado pour non seulement la qualité photographique de son travail, mais aussi son impact social et environnemental.

Avec quel artiste montréalais aimeriez-vous collaborer?
Pierre Lapointe, Rad Hourani, Dumas, Arcade Fire, Miss Me, Xavier Dolan, Céline Dion.

La Maison Photo Montréal vous donne carte blanche; vous faites quoi?
Je vais passer six mois dans la Station spatiale internationale pour y documenter les humains dans la station, la Terre vue du ciel et l’espace infini.

Une exposition photo que vous aimeriez voir proposée par MPM?
Surprenez-moi !

Votre prochain projet photo?
C’est un secret !

Quelle est votre expérience du milieu photographique/artistique montréalais?
La photographie était initialement une passion personnelle, surtout lors de voyages, mais avec le fil du temps, c’est aussi devenu mon métier. Parce que je tâche de toujours travailler sur des projets qui m’intéressent et que je trouve importants, je me suis rapproché des milieux sociaux, éducatifs et artistiques montréalais dans lesquels je mets à profit mes compétences.

Avez-vous eu des mentors qui vous ont encouragé à persévérer dans le milieu ou avez-vous des photographes dont le parcours vous inspire? Qui sont-ils?
Mon expérience en photographie aura principalement été forgée de façon autodidacte.

Sur quel projet(s) travaillez-vous en ce moment?
Je suis quelqu’un qui s’ennuie assez rapidement, alors je travaille toujours sur plusieurs projets simultanément, souvent en quête de ma prochaine expérience. Alors entre le moment où j’écris ces mots et qu’ils seront lus, les projets sur lesquels je travaille en ce moment auront certainement déjà changé !

De quelle façon votre travail reflète vos origines?
À cause du contexte exceptionnel de la guerre en Syrie, j’ai mis sur pied un projet photo intitulé Syrian Eyes of the World, mais à part ce projet, je pense que c’est plutôt ma personne que mes origines qui reflètent mon travail.

Un conseil à donner pour les photographes de la relève issus de la diversité culturelle?
Pratiquez souvent, inspirez-vous de toutes formes artistiques et établissez de bons liens avec la communauté!

RETOUR