Juil 25, 2018

Portrait de photographe -2e édition – Hamed Tabein par Youssef Shoufan

Youssef shoufan

Hamed Tabein est un photographe iranien nouvellement installé avec sa famille à Montréal et ayant une approche documentaire de la photographie.

Il a notamment conduit depuis 2013 son projet « Smile of Afghanistan », témoignage de la vie des afghans aujourd’hui, bien loin des images de guerres et de bombes mais en essayant de les montrer sous un jour plus joyeux et porteur d’espoir. Hamed a aussi publié plusieurs articles sur la photographie dans divers magazines et vu ses œuvres exposées soit en solo ou encore dans le cadre d’expositions collectives autant ici qu’en Iran.

Hamed est également membre de FPJQ « Fédération professionnelle des journalistes du Québec », de « Photographers Without Borders » (PWB) et de la « Canadian Association for Photographic Art » (CAPA).

Pour en savoir plus : www.hamedtabein.com

Photo : Youssef Shoufan
Sujet : Hamed Tabein, photographe

 

Photo : Hamed Tabein

Argentique, numérique, Instagram : ça vous inspire quoi?
J’ai commencé avec argentique, ensuite j’ai appris numérique que j’utilise présentement. Mon compte Instagram propose des photos « on the go » prises par mon iPhone. Peu importe le médium, c’est le regard qui compte.

Un accessoire photo indispensable ?
Patience.

Votre meilleur conseil technique?
Suive la lumière.

Avez-vous des rituels ou des astuces photographiques personnelles?
Parfois,  il est important de mettre la camera à coté et vivre le moment, l’interaction.

Provoquer ou saisir le moment?
Généralement, j’essaie de saisir le moment.

Une photo inattendue?
Il y a une magie dans la création et captation d’images, dans l’interaction avec le sujet, alors la plupart de temps c’est inattendu. Il faut toujours être prêt à saisir le moment magique!                                                                                                  Votre lumière favorite pour la photographie? 
Lumière naturelle. Surtout la belle lumière en début ou fin de journée.

Êtes-vous studio ou extérieur, musique ou silence?
Surtout extérieur. Musique, mais parfois silence selon le moment.

Vous aimez ou aimeriez mélanger la photographie avec quel autre art? 
Installation vidéo et peinture.

Retouches Photoshop : pour ou contre? 
Retouche minimale sans abus.

Trois mots qui évoquent Montréal? 
Vibrant, multiculturelle, liberté d’être.

Votre saison favorite à Montréal? 
L’été!

La ville, vous la préférez de jour ou de nuit? 
Les deux ont des caractéristiques spéciales.

Quel coin de Montréal aimeriez-vous (re)découvrir? 
Park-Extension.

Un secret montréalais que vous aimeriez partager? 
Les jolies ruelles du Plateau Mont-Royal.

Balade à pied, à vélo ou tjrs en auto? 
À pied.

Une lecture pour le transport en commun? 
La Presse Mobile.

Un personnage Montréalais que vous aimeriez photographier? 
Armand Vaillancourt.

Montréal, une ville où il fait bon vivre? 
Oui! Surtout entre avril et novembre!

Une image/un souvenir de Montréal qui vous reste en tête? 
La tempête de verglas de janvier 1998.

Photo : Mathilde Guiho

Photo : Kiran Ambwani

Le photographe, artiste ou artisan? 
Artiste.

Que pensez-vous de la proposition : l’art est un acte social? 
Tout à fait. L’art devrait nous éduquer, faire réfléchir, agir, changer et évoluer en tant que société.

L’acte photographique, toujours pertinent de nos jours? 
Oui, plus que jamais!

Un photographe qui vous inspire? 
Sebastiao Selgado.

Une expo photo inoubliable? 
Nan Goldin au MAC.

Un travail de photographe qui traverse le temps? 
La photo en général traverse le temps.

Avec quel artiste montréalais aimeriez-vous collaborer? 
Carlos et Jason Sanchez.

La Maison de la Photo de Montréal vous donne carte blanche; vous faites quoi? 
Une exposition immersive d’installations, projections, impressions grand format, et des extraits sonores.

Une exposition photo que vous aimeriez voir proposée par MPM? 
Un projet qui réunit les femmes photographes Montréalaises de la diversité culturelle.

Votre prochain projet photo? 
Atelier photo pour les patients atteints de cancer à La Ruche St-Henri.

Quelle est votre expérience du milieu photographique/artistique montréalais? 
J’adore rencontrer et échanger avec d’autres artistes et je suis impliquée avec le Festival Accès Asie depuis plusieurs années pour promouvoir les arts et la culture de l’Asie.

Avez-vous eu des mentors qui vous ont encouragé à persévérer dans le milieu ou avez-vous des photographes dont le parcours vous inspire? Qui sont-ils? 
Pas de mentors, mais il y a plusieurs photographes montréalaise qui m’inspirent pour leurs parcours variés: George Zimbel, Gabor Szilasi, Roger Lemoyne, Raymonde April, les frères Sanchez, Adad Hannah, Benjamin Von Wong…

Sur quel projet(s) travaillez-vous en ce moment? 
Plusieurs projets en développement, de nature humanitaire et ateliers.

Comment votre travail reflète t’il vos origines? 
J’ai grandi à Mumbai dans une famille privilégié, alors j’ai toujours été intéresse par les populations défavorisées et marginalisées et les enjeux qui les impact

Un conseil à donner pour les photographes de la relève issus de la diversité culturelle? 
Votre regard est unique grâce à vos expériences et origines alors faut exploiter ce regard au maximum.

Photo : Mathilde Guiho

RETOUR